IA : allié ou ennemi du SEO ?

Visuel de l'article IA : allié ou ennemi du SEO par Hugo Domeur

J’aime beaucoup traiter ce genre de sujet capable de diviser rapidement la sphère SEO : entre croyances reçues, chiffres d’évolution et expérience des SEO, l’utilisation de l’IA pour son référencement naturel fait débat. Je vous propose de démêler le vrai du faux avec un focus sur les dires des moteurs de recherche, et les chiffres concrets des résultats obtenus.

 

Comment ces domaines se rejoignent ?

Présentation rapide des 2 concepts

Rapide aparté pour mes lecteurs néophytes, le SEO (Search Engine Optimization) représente le référencement naturel sur les moteurs de recherche. En très bref, votre classement sur Google. L’IA se définit par l’emploi de machines ayant pour but de simuler l’intelligence humaine. Vous lui donnez une directive, le système comprend, et vous offre une réponse comme écrite par un humain. Par exemple, vous avez probablement dû, ne serait-ce qu’un peu, vous amuser avec ChatGPT.

 

Utilités de faire appel à l’IA pour le SEO

Le but de cet article n’est pas de vous guider sur les actions à déployer pour améliorer votre référencement naturel, mais plutôt si l’IA peut vous aider ou vous détruire dans votre quête de la 1ère position. On peut l’utiliser pour :

  • Automatiser des tâches répétitives
  • Coder à partir d’une simple directive
  • Analyser les datas de manière plus efficace
  • Servir d’assistant sur nos missions
  • Générer des visuels uniques

Bien d’autres utilités existent, attention cependant à ne pas être trop gourmand et à garder votre réflexion et des outils spécialisés pour assurer la qualité de certaines tâches (par exemple, comme on l’a vu il y a 2 semaines, l’étude de mots-clés).

 

Est-ce que les algorithmes Google visent-ils négativement les contenus IA ?

Non. Le but de Google est d’offrir à l’utilisateur un résultat pertinent et utile par rapport à sa requête. Comme on le verra dans l’article, les « success cases » de sites avec du contenu IA sont légion.

Danny Sullivan et le compte officiel de Google SearchLiaison le disent haut et fort sur X (Twitter) : « Le contenu créé pour ranker sur les moteurs de recherche est contre nos guidelines. Si le contenu est utile et créé pour les utilisateurs, il n’y a pas de souci ».

 

 

De mon point de vue de consultant SEO freelance spécialisé, cette déclaration me paraît assez logique, ne serait-ce que vis-à-vis des critères EEAT. « Concentrez-vous sur l’utilisateur, et le reste suivra » a toujours été le crédo de Google, et (la plupart du temps) ça se voit sur les SERP.

 

Qui du contenu humain ou rédigé par l’intelligence artificielle performe le mieux en SEO ?

Pour répondre à cette question, on peut revenir à 2023, sur un article du JDN où j’ai notamment collaboré. Un test avait notamment été mis en place, à domaines égaux et sur un mot-clé n’existant pas, pour savoir quels contenus se positionneraient le mieux en fonction de leur rédacteur. Si on regarde le top 5, on y retrouve 4 contenus humains, mais tout de même un contenu IA en 3e position.

 

Chiffres de l'étude comparant positionnement des contenus IA et humains

Le positionnement des contenus IA en rouge, ceux des textes humains en vert.

 

Dans l’actuel, le contenu humain performe mieux en moyenne. Par contre, des contenus rédigés par l’intelligence artificielle se sont positionnés mieux que des textes rédigés par une véritable plume.

De mes expériences personnelles, ce que j’en ressors est que l’IA est meilleure que des rédacteurs juniors (ou avec une plume discutable), mais ne fait pas le poids face à des experts de la rédaction. Pour les contenus de mes clients, je fais appel à des prestataires spécialisés et leur joint un brief détaillé, et ça fait la différence sur les SERP (résultats de recherche).

 

Opportunités de l’IA pour le SEO

Automatiser les tâches simples, se concentrer sur la haute valeur ajoutée

Vous avez un travail redondant et nécessitant peu de matière grise ? Configurez votre intelligence artificielle, et le tour est joué.

Personnellement c’est comme ça que je fonctionne : mon temps est gardé pour les tâches à forte valeur ajoutée, et je délègue le plus possible à l’IA quand je le peux. Attention : mon volume de travail reste conséquent, surtout en consulting, et reste nécessaire pour aller chercher la perfection (et, entre autres, la 1ère place sur les moteurs de recherche).

 

Le SAIO, ou le référencement naturel sur l’intelligence artificielle

Rendons à César ce qui est à César, ce terme a été inventé par le SEO français François Tréca, dont vous pouvez retrouver son guide sur le sujet ici. Le SAIO, ou Search Artificial Intelligence Optimization, est tout simplement l’optimisation non pas pour les moteurs de recherche mais pour les réponses des agents conversationnels utilisant l’IA.

De plus en plus de services proposant leurs assistants virtuels (Bing avec Copilot et Bing Chat, Google avec Gemini…), on assiste à la naissance de nouveaux types de moteurs de recherche. Vont-ils dépasser les existants ? Rien n’est sûr, même si personnellement je doute que ce soit le cas (quoique, Google avait déjà dépassé les annuaires papier Pages Jaunes à l’époque). Par contre, ils représentent une opportunité claire de générer des leads et conversions, c’est donc une piste à suivre dans notre métier de consultant SEO.

 

Exemple d'un résultat SAIO sur une requête

Numéro 1 sur le classement des Freelances, pas mal. Par contre pourquoi la source n’a rien à voir avec moi ?

 

Mais au-delà des agents conversationnels, on peut se demander aussi s’il est possible d’influencer Google SGE. Et même mieux, si nos informations sont retenues par le système, si en plus d’être cité comme source, cela apporte un bonus positif au positionnement SEO global du site ? Un potentiel nouveau cercle vertueux en ligne de mire…

 

La quête de l’expertise

Je vous accorde un laisser-passer (différent du A38) pour jeter un coup d’oeil à la partie « Retours d’expérience » plus bas. On y voit de nombreux cas concrets de l’utilisation de l’IA, pour certains à succès, pour d’autres à catastrophe, ou devrais-je dire à pénalité.

L’intelligence artificielle est un outil : elle n’est pas SEO. Donnez un marteau à un tailleur, le résultat ne sera pas le même que celui d’un forgeron. Là, c’est pareil. Vous devez être le maestro, le chef d’orchestre de votre stratégie de référencement naturel, et vos assistants sont des instruments.

L’avantage de Google, c’est qu’il n’y a qu’une seule première position. Comme on l’a vu, l’IA c’est bien, mais seule elle ne mène pas à cette place. Les entreprises se tournent logiquement vers des spécialistes du métier sur les milieux concurrentiels, et c’est là que notre expertise est mise en avant.

 

Menaces pour notre métier

Disparition des prestataires juniors

Ok j’exagère un peu avec le terme « disparition », mais dans l’actuel nous faisons face à un marché avec de plus en plus de profils indépendants en sortie d’école. Même si j’ai un peu de background à mon actif, j’ai été l’un d’eux, à la différence que je me suis spécialisé et expertisé en SEO.

Comme on l’a vu, l’intelligence artificielle peut faire mieux que des rédacteurs à la plume de basse qualité. Aucune raison qu’il n’en soit pas de même pour les SEO qui les emploient… Et les entreprises ayant de plus en plus recours à l’IA, seule une prestation de haute qualité permet de se démarquer.

Par contre, l’IA a ses limites, et souvent c’est dans l’expertise plus développée. Un exemple que j’adore, est que quand je donne cours, lors des travaux pratiques 90% (aucune exagération pour le coup) des élèves me rendent un résultat non pas aidé, mais entièrement fait par intelligence artificielle. Certains intervenants peuvent trouver ça déplacés, mais au contraire je trouve que c’est une excellente occasion de montrer que l’expertise fait la différence : je n’ai encore reçu aucun rendu parfait, et trouve souvent beaucoup à redire dessus.

 

Perte d’authenticité et dépendance à l’IA

Le risque de l’IA, est tout simplement que c’est si simple, qu’on peut rapidement y faire appel à outrance. Voire même, elle peut nous enlever notre patte qui fait notre authenticité. Personnellement, je vois plusieurs remèdes :

  • L’esprit critique. Remettre en question le moindre résultat, pourquoi n’est-il pas parfait ? Que manque-t-il pour que ce le soit ? C’est ma recette à moi, mais pour le coup elle est innée.
  • Construire une image forte. Le plus on définit son univers, en accord avec sa personnalité, le plus on s’y tient naturellement. Et en général, ça fait la différence sur les SERP.
  • L’expertise aussi bien en SEO qu’en intelligence artificielle. Savoir mêler les 2, c’est arriver au résultat que l’on souhaite comme si on l’avait fait à la mano (ou presque).

N’hésitez pas à proposer vos autres idées, mon spectre étant relativement limité sur ce point.

 

Retours d’expérience

Cas d’étude

Les dires en SEO c’est bien, les chiffres c’est idéal. Et quoi de mieux que d’analyser des cas d’étude concrets sur les résultats SEO liés à l’utilisation de l’IA ? Il en existe beaucoup, souvent relayés sur les réseaux sociaux. SEOcasestudy nous met en avant dans son article sur le sujet 4 études de cas à fort impact mêlant SEO et IA.

Par exemple, le 1er met en avant un service dont son site est passé au-dessus du million de visiteurs en moins d’un an, et ce majoritairement grâce à l’IA. Problème ? Les mises à jour Google sont passées par là, et le site s’est vu recevoir une sacré pénalité.

 

Courbe montrant la pénalité SEO d'un site ayant utilisé l'IA dans ses contenus

Est-ce qu’une pénalité peut vous faire pratiquement disparaître de la SERP ? La réponse en image.

 

Le 3e cas concret, met en avant des résultats relativement plus timides que le 1er, mais par contre qui tiennent dans le temps. Utiliser l’IA sans être trop gourmand peut donc être bénéfique ? C’est la tendance qu’on a pu observer jusqu’à présent.

 

Etude de cas d'un site ayant progressé en SEO grâce à l'IA

J’aimerais tout de même voir si ce site a survécu aux mises à jour Google de 2023 et 2024.

 

Expérience personnelle

Accompagnement

Je ne tiens pas beaucoup de sites en dehors de mon principal (celui-ci présent), mais pour autant j’ai fait quelques tests pour voir s’il était possible de mener des articles avec de l’IA sur les SERP. Le résultat confirme assez bien les points analysés de cet article :

  • Les contenus full IA ont été bons pour une non-indexation / transformation en page zombie
  • Quant aux textes que j’ai revus, même légèrement, certains se sont fait une belle place sur la SERP

D’ailleurs, j’avais déjà fait un article sur les problèmes d’indexation à cause du contenu IA de basse qualité. J’ai même un de mes clients, que j’ai accompagné pour mêler contenu avec intelligence artificielle et perfectionnement humain, générant aujourd’hui du trafic via Google Discover avec son blog. Plutôt pas mal.

 

Tendances en appel prospect

Par contre, j’ai eu en appels quelques prospects avec la même problématique : un site modeste, créé récemment, n’arrivant pas à générer du trafic grâce au SEO (ni des conversions / leads par extension). Après plus amples analyses, même constat sur les sites :

  • Des sites ayant en moyenne entre 20 et 100 pages (articles de blog compris)
  • Pas un seul mot-clé (en dehors du nom de marque) dans le top 10
  • De l’IA basse qualité sur toutes les pages

Notons que suite à la mise à jour Google Helpful Content de septembre 2023, les contenus de basse qualité sont davantage pénalisés, et la qualité globale des contenus d’un site contribue au positionnement moyen de ses pages. Une véritable opportunité de cercle vertueux si l’on fait les choses bien, mais pour ces sites ça a été surtout un cercle vicieux avéré.

 

Mes futurs tests

C’est une analyse assez récente, de mars 2024 pour être précis, mais à forte valeur ajoutée : selon l’étude de cas de Zyppy sur les critères gagnants et perdants des dernières mises à jour Google, les pages utilisant des images libre de droits ont en moyenne baissé en positionnement.

 

Etude de cas sur le SEO suite aux mises à jour Google de 2023 et 2024 par Zyppy

Crédits : Zyppy.

 

Le problème, c’est qu’en tant que référenceur, j’ai besoin de visuels pour accompagner mes contenus, notamment pour mes commandes Netlinking. Alors comment faire ? Tout simplement en testant la création de visuels par IA. Et, à ma grande surprise, Google y serait dans l’idée pas opposé.

Maintenant, il reste à faire ça bien…

 

En résumé, l’IA est un bon serviteur, mais un mauvais maître

J’aime beaucoup cette réplique, d’ailleurs j’ai déjà dû vous le sortir si l’on a eu une discussion ensemble sur le sujet. Mais elle est véridique : les cas d’étude à succès de SEO ayant utilisé l’IA sont légion. Mais à l’inverse, les terribles loupés, même sur des gros sites, sont eux aussi nombreux.

L’intelligence artificielle n’est pas un ennemi du référencement naturel, mais penser qu’il s’agit d’un allié qui pourra vous carry (faire tout à votre place) est irréel. Ou alors, il vous faut de sacré notions dans les 2 domaines pour paramétrer un système qui fonctionne. Quoi qu’il en soit, même à un niveau moindre d’automatisation, l’IA est, de mon point de vue, une véritable opportunité dans le monde du SEM.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

div#stuning-header .dfd-stuning-header-bg-container {background-size: initial;background-position: top center;background-attachment: initial;background-repeat: initial;}#stuning-header div.page-title-inner {min-height: 650px;}